L’ennui au travail, Après le Burn-out, le Bore-Out !

998 0

Vous êtes salarié(e) ? Bravo! C’est vrai… Avec la conjoncture actuelle, on entend partout que le taux de chômage augmente. Et dans une société comme la nôtre, il faut un travail pour avoir un logement décent, des loisirs, à manger, etc…

Alors évidemment, si vous avez un travail vous devez vous estimez heureux(se). Surtout si vous avez un CDI, alors là c’est le JACKPOT ! Tant de gens voudraient être à votre place…Ce ne serait pas politiquement correct de vous en plaindre.

Mais que se passe-t-il lorsque survient l’ennui au travail ?

Les symptômes

Vous avez l’impression de perdre votre temps plutôt que de faire quelque chose qui vous plaît ou qui vous rend utile. Ce sentiment de ne servir à rien… Vous ne comprenez pas, vous qui n’êtes pourtant pas de nature dépressif(ve) habituellement. C’est le syndrome de l’épuisement professionnel ! Vous ne voulez plus de ça. Vous voulez vous épanouir, trouver un sens à ce que vous faites. Ce cumul de symptômes s’appelle le « Bore-Out » ou « ennui au travail« . Cela peut se produire si vous êtes par exemple trop qualifié(e) pour un travail. Parfois dans une période de baisse d’activité ou de routine perpétuelle aussi bien dans votre vie personnelle que professionnelle (métro-boulot-dodo).

Un phénomène qui s’étend

Reconnu depuis 2007, le « Bore-Out », ou « ennui au travail » se répand de plus en plus, à l’heure où la reconversion professionnelle est à la mode.  Bon nombre de personnes ne garderont plus le même travail toute une vie. Les secteurs les plus touchés regroupent des métiers souvent répétitifs. Lorsqu’on est jeune, on nous demande ce qu’on veut faire plus tard… La question juste serait maintenant « Par quoi veux-tu commencer ?« . Selon une étude Steptone réalisée en 2008, 32% des salariés seraient concernés. Bien sûr ce chiffre reste la partie visible de l’iceberg. Rare sont ceux qui avouent ressentir cette souffrance au travail.

Comment en parler ? Que va-t-on penser de vous si vous dites que vous vous ennuyez alors qu’on vous paye pour être présent(e) et effectuer ces tâches simples qu’on vous a confiées. Celles-ci même pour lesquelles on vous fait confiance ! Alors vous le gardez pour vous. Et plus le temps passe, plus ce phénomène s’amplifie. Avec le temps, le stress, l’anxiété et la baisse de l’estime personnelle prennent de le dessus.

Les pistes pour vous en sortir

La solution première, dans l’optique où vous avez un(e) supérieur(e) assez ouvert(e) et/ou compréhensif(ve) : En parler ! Avec délicatesse bien sûr. Vous pouvez expliquer que le fait de bien maîtriser votre emploi vous permet de vous libérer du temps pour effectuer de nouvelles tâches, et pourquoi pas évoluer au sein de l’entreprise.

Vous pouvez également, avec l’accord de votre hiérarchie, proposer votre aide à vos collaborateurs. Cela sera généralement bien perçu et pourra redonner un sens plus utile à vos journées, casser cette routine encrée.

La médecine du travail peut aussi intervenir. En effet, c’est un cas encore très tabou de souffrance au travail, pourtant c’est un mal qui existe bel et bien ! Il peut en découler un isolement, une dépression, et d’autres conséquences bien plus graves.

Si vous en avez la possibilité, essayez de diversifier votre quotidien, ajouter un loisir, faites du sport. Le sport est bien connu pour libérer les tensions, se défouler, et il procure bien-être grâce aux endorphines diffusées après la séance ! J’ai d’ailleurs écrit un article sur le sport en entreprise ne vous en privez pas.

Une autre possibilité serait de consulter un psychologue spécialisé en difficultés et soucis concernant la vie professionnelle car ce sont des maux (et mots) particuliers, souvent incompris par vos collègues, ou famille et amis. Vous y trouverez là une oreille attentive, qui parfois pourrait même vous aider à changer de vie, faire les bons choix, vous épanouir. N’oubliez pas que vous n’avez qu’une vie ! Et il n’y a aucune honte à demander un peu d’aide, dites-vous que vous le méritez!

Se former pour ne pas se noyer

La formation est un bon moyen de vous sortir de cette situation d’épuisement professionnel. Voici un lien vers le site de l’Etat « MonCompteActivite.gouv » sur lequel vous trouverez des pistes pour vous former. Vous y verrez un test de personnalité en 20 questions à choix multiple qui ne vous prendra que 2 minutes. Il faut au préalable vous identifier (soit en créant un compte ou avec FranceConnect.gouv ) et suite à ce test, on vous propose un métier compte-tenu de vos traits de personnalité. Aussi, vous êtes libre de chercher une formation pour un métier auquel vous rêvez depuis votre enfance. Beaucoup de personnes ayant bâti une situation stable durant plusieurs années, se dirigent vers des métiers plus tournés vers le partage. Auprès d’animaux avec le métier de toiletteur. Les techniques douces reviennent en force (animateur(trice) Pilates).

Prenez du recul

Essayez de vous rappeler depuis quand vous ressentez cela et s’il y a eu un élément déclencheur ou une situation particulière ? Quoi qu’il en soit, acceptez ce que vous ressentez et déculpabilisez ! Que vous soyez responsable de cette situation ou non, ce qui est fait est fait. Vous devez maintenant agir en établissant une stratégie pour vous sentir mieux dans votre corps et votre esprit. Essayez peut être d’équilibrer votre temps de travail avec un temps de loisir. Quelque soit votre décision, il est grand temps de vous dégager du temps pour vous et votre bien-être, avant qu’il soit trop tard. Donc je le répète mais vous n’êtes pas un chat, vous n’avez qu’une vie !

 



A propos de l'auteur


Secrétaire de métier, je vous fais partager ici des informations qui je l'espère vous plairont, sur la vie de tous les jours, des projets ou des actualités.

Aucun commentaire

Leave a Comment